take that1

 

Au printemps 1990, la ville de Manchester était en proie à une révolution culturelle pop qui attirait l’attention des médias du monde entier. Les Stone Roses et les Happy Mondays étaient alors en pleine gloire; l’Hacienda était devenu le club dont on parlait le plus sur toute la planète; différentes sectes de la musique, de la mode et du monde des clubs y convergeaient pour créer une pléthore de nouveaux styles et de sons baggys.

Au même moment, dans un petit bureau d’une petite rue Mancunienne du nom de Chapel Walks, une entreprise musicale totalement différente était en train d’être lancée. Un manager du nom de Nigel Martin-Smith avait noté que, en dépit de Madchester, les charts pop anglais étaient plats. Aucune sensation adolescente décente n’était apparue dans le pays depuis que les Bros étaient devenus bizarres, et – oui, c’était à ce point – le seul groupe dans ce domaine qui déclenchait un tant soit peu d’excitation était les New Kids on the Block. Mais les NKOTB devenaient eux aussi un peu revêches et difficiles. Alors pourquoi ne pas prendre un groupe de garçons anglais ordinaires et souples, les faire chanter de la vraie bonne pop, et tout faire pour qu’ils offrent avec leurs concerts un bon divertissement? Les meilleures idées sont toujours les plus simples.

En 1990, Martin-Smith a assemblé un groupe formé de cinq gars issus de la classe ouvrière du Nord Ouest: Gary Barlow, un natif du Cheshire de 19 ans qui chantait et jouait de l’orgue sur le circuit des clubs du Nord depuis cinq ans; Howard Donald, 21 ans, qui peignait des voitures mais était également DJ, danseur et mannequin; Jason Orange, 19 ans, peintre et décorateur qui avait dansé dans un programme télévisuel appelé The Hitman and Her; Mark Owen, 16 ans, ancien enfant mannequin et fan de Manchester United, et Rob Williams, un danseur frénétique de 16 ans originaire de Stoke on Trent.

Vous noterez qu’aucun d’entre eux n’avait reçu de formation scénique formelle; Gary avait appris à se produire en public dans les pubs, les quatre autres en participant à des compétions de break dancing et de danse des rues dans les environs de Manchester. Il ne s’agissait pas là de gamins ternes formatés pour le spectacle, et leur passé d’artistes de scène était, dit aujourd’hui Gary Barlow, important. “Je pense que ça a fait une énorme différence en notre faveur. A 17 ans, je me produisais dans des clubs où je devais immédiatement jauger l’assistance, choisir rapidement une liste de titres, et en 40 ou 45 minutes, faire que tout le monde soit debout et tape dans ses mains, comme dans Phoenix Nights (série télévisée britannique, NdT). Ça vous apprend à chauffer une salle. Si vous regardez nos shows, ils sont tellement théâtraux, c’est presque du cabaret d’une certaine façon. Tout ça vient de cette époque.”

Ils se sont nommés Take That (prends ça), “la meilleure d’un tas de mauvaises idées”, dit Gary. Mais ça aurait pu être pire – la première idée était “Kick It” (donne-lui un coup de pied). Ils ont passé deux ans à donner des spectacles chantés et dansés avec un répertoire de reprises dance et de compositions de Gary, vêtus de douteuses panoplies noires bondage. “Nous avons appris notre métier comme ça pendant deux ans,” continue Gary. “Maintenant, les groupes se réunissent autour d’un manager avec une liste de publics à toucher, et ils les cochent un par un. Mais à cette époque, pour nous, c’était juste un travail intuitif.”

La bonne vieille intuition s’avéra finalement tout aussi efficace que les business plan modernes, mais rien n’est venu tout seul pour Take That; la presse pop adolescente était, au début, ambivalente à leur égard, et après qu’ils aient signé avec une major en 1992, le groupe a eu trois singles qui ont été des échecs avant que leur reprise du hit pop-disco de 1975 de Tavares, "It Only Takes A Minute" ne se classe à la septième place des charts. Il a été suivi par "A Million Love Songs", "I Found Heaven" et "Could It Be Magic", une reprise de Barry Manilow que les Chemical Brothers intégraient dans leurs concerts à Heavenly, au cours de leurs noubas semi-légendaires et terriblement branchées du milieu de années 90, Sunday Social. D’une certaine façon, comme le dit Jo Whylie, Take That “a toujours été le boyband qu’on pouvait aimer".

En 1992 le groupe Take That sort son premier album "Take That and Party"

 

Take That and Party

take that and party

1 - I Found Heaven
2 - Once You've Tasted Love
3 - It Only Takes a Minute
4 - Million Love Songs
5 - Satisfied
6 - I Can Make It
7 - Do What You Like
8 - Promises
9 - Why Can't I Wake Up With You
10 - Never Want to Let You Go
11 - Give Good Feeling
12 - Could It Be Magic
13 - Take That and Party


Dès la fin 1992, le groupe Take That engendre l’hystérie dans toutes les villes anglaises, et commençe un règne de quatre années en tant que rois de la pop de la nation, et qui, quand ils se sépareraient en 1996, était le groupe anglais ayant vendu le plus de disques depuis les Beatles, soit plus de 25 millions.

Leur album de 1993, "Everything Changes", contient quatre tubes numéro un anglais – "Pray", "Relight My Fire", "Babe" et "Everything Changes", et étendrait leur succès à toute l’Europe.

 

Everything Changes

everything changes

1 - Everything Changes
2 - Pray
3 - Wasting My Time
4 - Relight My Fire
5 - Love Ain't Here Anymore
6 - If This Is Love
7 - Whatever You Do to Me
8 - Meaning of Love
9 - Why Can't I Wake up With You?
10 - You Are the One
11 - Another Crack in My Heart
12 - Broken Your Heart
13 - Babe

 

L’album de 1995, "Nobody Else" donne naissance à leur plus grand hit “Back For Good”, devenu un standard moderne tout autour du monde, avec 89 reprises dans presque tous les styles musicaux existants.

 

Nobody Else

nobody else

1 - Sure
2 - Back for Good
3 - Babe
4 - Pray
5 - Nobody Else
6 - Never Forget
7 - Holding Back the Tears
8 - Every Guy
9 - Love Ain't Here Anymore
10 - Day After Tomorrow


C’était une époque merveilleuse, quand même les membres de l’intelligentsia musicale prétentieuse avaient tendance à apprécier la pop parfaite de Take That. La vie a commencé à défiler dans une sorte de brouillard pour les garçons, mais Mark Owen retient un moment caractéristique: “Nous nous dirigions vers un hôtel en Italie. C’était dans un endroit écarté, mais les deux côtés de la route étaient bondés de gens courant tous après le bus. C’était la pagaille, les gens couraient dans les rues en criant et en hurlant tandis que nous arrivions à cet hôtel escortés par la police. Pour moi, ça résume ce que c’était de faire partie de ce groupe, avec tous ces voyages autour du monde, et toute cette folie.” Il ajoute qu’il y avait également des moments surréalistes, comme de prendre le thé avec Lady Diana au Kensington Palace, et d’être assis sur le sofa d’Elton John à hurler des titres à la demande pour qu’il les joue au piano.

Ce qui s’est passé ensuite est devenu l’un des épisodes les plus célèbres de l’histoire de la pop. A l’été 1995 Robbie, frustré par sa vie dans Take That, est allé faire la fête avec Oasis à Glastonbury, puis a quitté le groupe. Gary, Mark, Howard et Jason ont continué à quatre (obtenant des hits avec “Sure” et “Never Forget”) avant de se séparer en février 1996. L’annonce de cette séparation a eu un tel impact qu’elle a fait les gros titres des informations nationales, et a incité les Samaritains à mettre en place un service d’assistance téléphonique lui étant tout spécialement dédié. Les conséquences ont été traumatisantes pour les membres du groupe eux aussi. Jason est parti voyager, mais Howard, Robbie, Mark et Gary se sont retrouvés montés les uns contre les autres quand ils ont démarré des carrières solos, les rapports entre Gary et Robbie étant particulièrement tendus.

Bien qu’ils soient restés en contact les uns avec les autres, les quatre garçons ont suivi leurs propres chemins distincts et ont eu leurs propres hauts et bas distincts, jusqu’en 2004, quand commence la seconde moitié de l’histoire. Des discussions au sujet d’une sortie conjointe d’un "Greatest Hits" et d’un documentaire étaient en cours, et en 2005 tout le monde s‘est mis d’accord sur un album de greatest hits. Puis, désireux d’éviter un de ces "documentaires" nazes au rabais remplis de commentateurs culturels débitant des absurdités, le groupe a décidé de faire le sien lui-même. Mark Owen a demandé à Robbie s’il serait intéressé et, à leur grand étonnement, ce dernier a accepté d’apparaître en vedette, mais indépendamment du groupe.

 

Greatest Hits

greatest hits

1 - How Deep Is Your Love
2 - Never Forget
3 - Back For Good
4 - Sure
5 - Love Ain't Here Anymore
6 - Everything Changes But You
7 - Babe (Return Remix)
8 - Relight My Fire
9 - Pray
10 - Why Can't I Wake Up With You
11 - Could It Be Magic
12 - A Million Love Songs
13 - I Found Heaven
14 - It Only Takes A Minute
15 - Once You've Tasted Love
16 - Promises
17 - Do What You Like
18 - Love Ain't Here Anymore

 

A l’automne, ils filmaient, puis un promoteur a suggéré qu’ils se réunissent pour une tournée. Ils se sont retrouvés plutôt enthousiastes à cette idée, et quand, le 16 novembre 2005, le documentaire nominé à la Rose D'Or a obtenu une audience nationale de sept millions de téléspectateurs, le potentiel est devenu évident.

Surfant sur la vague du succès, deux autres compilations sont prévues pour 2006 :


Never Forget: The Ultimate Collection

never forget

1 - Never Forget
2 - Back for Good
3 - How Deep Is Your Love
4 - Pray
5 - Relight My Fire
6 - Everything Changes
7 - Babe
8 - Sure
9 - It Only Takes a Minute
10 - Million Love Songs
11 - Could It Be Magic
12 - Why Can't I Wake Up with You
13 - Love Ain't Here Anymore
14 - I Found Heaven
15 - Promises
16 - Once You've Tasted Love
17 - Pray [Live Berlin]
18 - Relight My Fire [Element Remix]
19 - Today I've Lost You


The Platinum Collection

platinum collection
(Réédition des 3 albums + 10 titres bonus)

 

Les places pour les concerts ont été mis en vente le 2 décembre, et les billets pour les 19 dates ont tous été vendus en une heure et dix minutes; ils ont du ajouter cinq dates dans des stades pour satisfaire les demandes supplémentaires.

Personne n’a été plus surpris par tout ça que les membres du groupe eux-mêmes. “Je pensais que la plupart des gens étaient passés à autre chose dans leurs vies,” dit Howard Donald. “Je savais qu’il y avait toujours un intérêt, parce que nous avions fini au sommet, et qu’on entendait toujours nos disques à la radio, et de temps en temps les gens parlaient du fait que nous étions un sacrément bon groupe et que nous étions super sur scène. Mais je ne pensais pas que les gens seraient intéressés au point de se précipiter et d’acheter ces places de concert. Nous n’avions pas cette confiance en nous pour dire "mettons 20 dates d’un coup". Nous avions juste prévu quelques dates pour commencer, mais elles se sont vendues comme des petits pains et nous avons du mettre les autres en vente immédiatement. Nous avons été comblés par tout ça.”

La tournée a commencé en avril de cette année. Le premier soir, à Newcastle, Mark Owen a jeté un œil sur la salle depuis les coulisses, bien avant que le concert ne commence, et il n’a pas pu croire qu’autant de gens aient été déjà là; quelqu’un, se souvient-il, avait confectionné une bannière avec les mots “Nous n’avons jamais oublié” et il la brandissait alors même qu’il n’y avait personne sur scène. Et à ce moment, dit Mark, ils ont su ce qu’ils voulaient faire: “donner aux gens deux heures de plaisir pendant lesquelles ils puissent simplement oublier leurs vies”. La pop parfaite.

Généreux, moins frénétiques dans le domaine de la danse et généralement plus vieux et plus sages, les concerts comprenaient une balade à travers le public, et un numéro au sujet des dix commandements pour faire partie d’un boy band - plus un hologramme de Robbie Williams, qui apparaissait dans "Could It Be Magic". Les critiques comme le public ont adoré les shows, et donc, l’idée d’un nouvel album a rapidement fait surface. Cette fois, pourtant, avec chacune des quatre individualités ayant mûri musicalement et personnellement, l’écriture n’a pas été laissée au seul Gary, mais partagée entre lui, Jason, Mark, Howard et quelques collaborateurs extérieurs.

“Nous échangeons des choses les uns avec les autres, en ce qui concerne les mélodies et les textes,” explique Jason. “Nous avions un ordinateur portable que nous nous passions, et quand l’un d’entre nous se sentait inspiré pour y entrer quelques lignes de texte, il le faisait. Donc, par exemple, à un moment ils chantaient quelque chose pendant que moi, j’écrivais tous ces mots et je tapais, tapais, des tonnes de mots, un vrai flot de pensées. Puis je le passais à l’un d’entre eux, et ils commençaient à se marrer et le passaient à un autre et si l’un d’entre eux pensait que c’était ridicule, le suivant disait, en fait, il y a deux ou trois vers là-dedans que nous pourrions utiliser."

Tous les membres du groupe, continue Jason, étaient conscients que l’album devait être fort, et compter sur ses propres mérites plutôt que sur la réputation de Take That. “Vous pouvez vendre une tournée sur la nostalgie, et nous l’avons fait,” admet-il. “Mais vous ne pouvez pas vendre de nouveaux titres basés sur la nostalgie – ça doit être de qualité.”

Nous avons observé Take That grandir en public; quelque chose dans leur franchise a toujours semblé vouloir nous inviter dans leur monde; et bien sûr, nous avons nous-mêmes grandi avec leur musique. Très peu d’entre nous n’ont pas au moins à un moment de leur vie tournoyé en titubant sur une piste de danse au son d’un de leurs morceaux les plus remuants, et maintenant, une chance délicieuse de revivre tout ceci nous est offerte. Take That pourraient-ils être de retour pour de bon?

Le groupe Take That se reforme en 2006, mais sans Robbie Williams, avec pour nouvel album "Beautiful World"


Beautiful World

Beautiful world
1 - Reach Out
2 - Patience
3 - Beautiful World
4 - Hold On
5 - Like I Never Loved You At All
6 - Shine
7 - I'd Wait For Life
8 - Ain't No Sense In Love
9 - What You Believe In
10 - Mancunian Way
11 - Wooden Boat

 

En 2007, Take That sort un maxi single 3 titres "Patience"

 

Patience

patience

1 - Patience
2 - Beautiful Morning
3 - Trouble with Me

 

En 2008, That Take reviens avec un nouvel album "The Circus", suivit en 2009 de "The Greatest Day: Take That Presents The Circus Live"

 

The Circus

the circus

1 - Garden
2 - Greatest Day
3 - Hello
4 - Said It All
5 - Julie
6 - Circus
7 - How Did It Come to This
8 - Up All Night
9 - What Is Love
10 - You
11 - Hold Up a Light
12 - Here


Site Officiel : http://www.takethat.com/

 

Pin It